Le match Anonymo - NiP au coeur de la polémique

Posté par Romolo,
Le match entre NiP et Anonymo en Flashpoint 3 aura non seulement été le premier de Nicolai "⁠device⁠" Reedtz sous le maillot suédois, mais il est aussi au centre d’une polémique qui secoue la scène CS:GO.
Vendredi 14 mai, lors de la première phase du tournoi Flashpoint 3, avait lieu le match entre Anonymo et Ninjas in Pyjamas, le premier de Nicolai "⁠device⁠" Reedtz sous ses nouvelles couleurs. Mais ce ne sont ni la performance du joueur danois, ni la défaite de NiP (16-03, 13-16, 17-19) face à une équipe bien moins cotée qui font de ce BO3 l’un des plus significatif de l’ère "online".

Alors que le match commençait sous les meilleurs auspices, il n’a fallu que trois rounds pour qu’une pause technique soit demandée par les joueurs de NiP. Des problèmes de perte de connexion seraient à l’origine d’une impossibilité de jouer correctement pour les joueurs suédois. C’est le point de départ de propositions diverses pour réaliser le match dans les meilleures conditions.

La première solution proposée par les joueurs suédois est celle du changement de serveur. Après plusieurs essais et de longs échanges entre les joueurs et les administrateurs de Flashpoint, la situation n’arrive pas à se régler. Les joueurs polonais d’Anonymo proposent alors de reporter le match. Cette solution est rejetée par FACEIT, organisateur de Flashpoint, ce qui leur vaudra par la suite de nombreuses critiques. Dans un communiqué retraçant la chronologie des événements, NiP déclare que dans une conversation entre des administrateurs FACEIT et le staff de la structure polonaise, ce dernier propose de pénaliser les Suédois si de nouveaux retards ont lieu.




La solution de jouer sur le même serveur est alors gardée, les joueurs suédois subissant, selon le communiqué de NiP, une pression de la part des organisateurs. Les pertes de connexion et surtout des montées de "loss" ont continué à se manifester pour le roster scandinave durant le reste de la partie. Après de nombreux tests, ces problèmes techniques seraient finalement reliés à un système de sécurité des serveurs FACEIT, ce qui explique pourquoi NiP n'a pas pu corriger le problème.

Dans un premier communiqué publié samedi matin, la structure NiP déclare être frustrée d'avoir dû jouer ce match avec de tels problèmes de connexion. Elle annonce se tourner vers leur prochain match en loser bracket. Mais en parallèle, et comme stipulé dans le règlement, la structure dépose un recourt auprès des organisateurs du tournoi afin de faire rejouer soit l'entièreté du match, soit une partie. Cette demande sera acceptée par Flashpoint et le match est reporté au dimanche soir. Anonymo doit alors choisir entre rejouer la totalité du BO3 ou seulement la dernière carte. La structure polonaise refuse de choisir et demande à Valve de trancher. L'entreprise de Seattle laisse la responsabilité à Flashpoint.



C'est alors que la polémique grandit et fait réagir de nombreuses personnalités de la scène CS:GO. Sur twitter, Anonymo publie un communiqué vindicatif indiquant que les Polonais subiraient une pression émanant de l'organisation suédoise et de Flashpoint. Ils qualifient également de "ridicule" la proposition de rejouer le match. Alors qu'au départ les organisations suédoises et polonaises semblaient pointer Flashpoint comme unique fautif, les derniers tweets montrent un envenimement de la situation, chacun pointant ce que l'autre équipe a mal fait.


Flashpoint, dans un autre communiqué, énonce le choix de reprogrammer le match le dimanche soir. Rapidement, un nouveau tweet viendra ajouter que le match sera de nouveau reporté à une date ultérieure. S'il a un jour lieu.




De leur côté, les NiP se sont retrouvés face à un problème qui n'était pas directement de leur faute, le règlement les poussant à continuer de jouer malgré tout, pour ensuite poser une réclamation. Mais le mal semble fait pour les Suédois, qui voient leurs débuts avec dev1ce gachés par ce drama qui touche également leur image.

La communauté, quant à elle, semble soutenir la cause d'Anonymo. Les coéquipiers de Snax ont proposé dès le départ de reporter le match et ne souhaitent toujours pas rejouer un match qu'ils ont gagné. Des noms comme FalleN, EliGE et beaucoup d'autres ont apporté leur soutien aux Polonais, ne comprenant pas la décision.

A l'heure actuelle, la situation est en stand-by alors que la compétition doit reprendre mercredi. La controverse est toujours présente et pourrait même se décupler si les Polonais venaient à refuser de rejouer le match, et ainsi être sanctionnés d'une défaite.

Cette polémique, significative des problèmes qui peuvent provenir d'une ère "online", relève également la question de l'équité et de l'intégrité sportive dans ce type de cas.


Commentaires