BLAST Premier Global Final : Le bilan

Posté par OrmeLicence,
Les finales globales BLAST Premier, première compétition de 2021, se sont achevées dimanche soir avec la victoire de Natus Vincere contre Astralis. Mais quel bilan peut on tirer de cette compétition ?

Un trio au dessus



Nous avons changé d’année mais pour autant le constat sur CS reste le même. Astralis, Natus Vincere et Vitality semblent au-dessus du lot. L’écart semble d’ailleurs de plus en plus grand entre ces trois équipes et le reste du monde. En témoigne l’engouement qu’a suscité ces 3 affrontements avec, à chaque fois, plus de 500 000 spectateurs pour observer ces duels au sommet.

Au final, c’est Aleksandr "s1mple" Kostyliev et son équipe qui l’emporte grâce à une victoire contre Astralis en finale. Les Danois ont paru endormis lors de cette finale, ne sortant que trop rarement la tête de l’eau notamment face à un Kirill "Boombl4" Mikhailov affûté. On a donc encore vu un Na’Vi à deux visages, tout d'abord inquiétant lors de leurs deux premiers matchs, puis une fois la machine lancée, les Russes ont été intraitables lors de leurs matchs à élimination directe.

Lors de cette compétition, nous avons également vu un s1mple impliqué comme rarement dans le jeu collectif de l’équipe. De plus, sa réaction lors de la victoire, où il est aperçu très ému, témoigne de son envie de victoire, tant collective qu’individuelle.



Emil "Magisk" Reif et ses coéquipiers ont eux soufflé le chaud et le froid, concédant au moins une map dans chaque affrontement, mais s’en sortant à chaque fois (sauf lors de la finale). Vitality quant à elle peut nourrir de grands regrets. Tout d’abord car lors de sa défaite contre Astralis elle mène 14-10 sur la première map avant de perdre, puis rebelotte contre Na’Vi où elle mène 15-09 avant de perdre cette même première carte.

Le bilan reste cependant positif pour les Français, qui ont montré qu’ils n’avaient aucune difficulté face aux équipes inférieures sur le papier, mais ils perdent leurs affrontements contre leurs deux concurrents sur des détails, ce qui devra être corrigé. S’il y a bien une conclusion à tirer de cette compétition, c’est que Na’Vi, Astralis et Vitality sont largement aux dessus des autres équipes et que sur le court ou moyen terme, nous retrouverons la plupart du temps ces équipes dans le dernier carré des grandes compétitions.

Liquid, la mieux armée pour contester ce trinôme ?



Derrière les trois colosses, Liquid semble la mieux armée pour venir les titiller. En atteste le match d’entrée où ils ont battu Na'Vi 2-0. L’intégration de Gabriel "FalleN" Toledo s’est bien passée sur le serveur et semble être très prometteuse, même s’il reste des choses à travailler. Notamment sur Nuke, que le brésilien ne jouait que rarement, où l’équipe semblait un peu perdue par moment. Mais malgré ces quelques approximations, cette première compétition reste extrêmement positive.

Avec seulement quelques semaines ensemble, l’équipe a su battre certaines des meilleures équipes au monde et a même failli jouer un mauvais tour à Na’Vi, avec une élimination suite à deux maps serrées dans la revanche. De plus, ils ont su montrer leur domination sur la scène nord-américaine avec une victoire qui ne souffre d’aucune contestation, 2-0 contre EG.



Avec des individualités au niveau comme Keith "NAF" Markovic ou Michael "Grim" Wince, les hommes de Jason "moses" O'Toole ont démontré un grand niveau de jeu et promettent pour le futur. Le défi à venir pour Jake "Stewie2K" Yip et ses collègues reste donc de franchir un palier au niveau teamplay pour rejoindre les trois mastodontes du CS d’aujourd’hui.

Un G2 à deux visages



L’équipe franco-serbe reste un mystère pour beaucoup de monde. Capable de regarder droit dans les yeux Astralis (en menant même 10-5 sur la troisième carte) en mettant en place un jeu digne du top 3 monde, mais ensuite capable de s’effondrer comme une vulgaire équipe lambda contre Na’Vi. Tel est le mystère de G2.

Mais l’équipe peut-elle espérer mieux avec un Kenny "kennyS" Schrub beaucoup trop irrégulier ? Capable de rentrer des tirs dont lui seul a le secret, mais également capable de louper de simples kills que la plupart des joueurs pros réussissent, ce joueur reste si paradoxal. Avec un sniper qui retrouve son niveau d’antan ou tout simplement un bon niveau, la structure dirigée par ocelote peut surement espérer mieux.



De plus, fait rare, Nemanja "huNter" Kovac est passé à côté de sa compétition avec une moyenne de 0.84 de rating. Nikola "NiKo" Kovac a lui assumé son rang, permettant à G2 de remporter son premier match et est un des grands artisans de la magnifique prestation contre Astralis. De plus, il a été le seul à ne pas prendre l’eau contre Na’Vi. Cette prestation d’ensemble peut être mise sur le compte de la jeunesse de l’équipe mais cela ne doit pas durer, sinon ça en deviendrait inquiétant.

Un niveau trop élevé pour Complexity, FURIA & EG ?



Les trois dernières équipes de cette compétition ont affiché des limites criantes. Tout d’abord FURIA et son jeu si particulier a peut-être montré ses limites. Certes, l’équipe brésilienne jouait avec le petit nouveau Lucas "honda" Cano (qui n’a pourtant pas démérité, en atteste ses premiers rounds contre G2), mais le contenu reste assez inquiétant. Ce qui surprenait au début avec leur jeu de smoke est maintenant bien connu et donc attendu par tous les joueurs, ce qui donne des résultats assez variables. Le bilan est simple, une défaite 2-1 contre un G2 qui n’est pas encore très bien rodé et une défaite 2-1 contre EG, une équipe à leur portée. Cela donne donc deux défaites sans avoir joué le top 3 monde.

Passons d’ailleurs à leurs tombeurs, Evil Geniuses. Le bilan pour la structure américaine est lui moins inquiétant. Ils entament leur compétition avec une défaite, mais contre Astralis et en remportant la première carte (avant, certes, de se faire balayer lors des deux maps suivantes). Tombés en lower bracket, ils arrivent à éliminer les Brésiliens de FURIA, notamment grâce à un très bon Vincent "Brehze" Cayonte. Ils tombent finalement contre des Liquid supérieurs. Le bilan n'est pas mauvais, car ils n’ont pas été ridicules, mais on sent cependant une nette différence entre les meilleures équipes du monde et les EG d'aujourd'hui.



La troisième équipe que l’on peut ranger à leurs côtés est Complexity. Balayés d’entrée par Vitality, Justin "jks" Savage et ses coéquipiers tombent en lower bracket et se retrouvent de nouveau confrontés à un gros morceau, Na’Vi. Cependant, ils sont loin d’être ridicules et parviennent à leur prendre une map. Lors de ces deux affrontements, on a senti une équipe dépassée lorsque leurs adversaires décidaient de conclure les cartes. Mais cela est à nuancer, Complexity ne jouait pas avec sa line up habituelle car Jakob "Jugi" Hansen remplaçait Valentin "poizon" Vasilev. D’autre part, la structure menée par Benjamin "blameF" Bremer n’a pas eu un tirage facile avec deux des trois meilleures équipes présentes. Nous n’avons donc pas pu réellement les juger face à des adversaires de leur niveau tels que FURIA ou G2.

Pour conclure, cette première compétition de l’année 2021 a permis de confirmer une tendance : Astralis, Na’Vi et Vitality sont de loin les trois meilleures équipes du moment. Certes, il est encore trop tôt pour dire que ces trois formations se disputeront le Major de Stockholm en fin d'année, mais une chose semble certaine : elles se partageront de nombreux titres cette année.


Commentaires